Accueil > Archives > Communiqués > Communiqués (2008) > Ottawa, le 14 mars 2008

ARCHIVÉE - Ottawa, le 14 mars 2008

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Déclaration du commissaire aux langues officielles – Réforme des programmes d’enseignement du français langue seconde au Nouveau-Brunswick

Le commissaire aux langues officielles a réagi à l’annonce faite aujourd’hui par monsieur Kelly Lamrock, ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, sur la réforme des programmes d’enseignement du français langue seconde.

« Je suis impressionné que monsieur Lamrock soit déterminé à mettre en place un programme universel afin de donner à tous les étudiants anglophones du Nouveau-Brunswick la possibilité de maîtriser le français. Un programme obligatoire  reçoit généralement l'attention qu'il mérite. J’espère que le gouvernement du Nouveau-Brunswick est prêt à fournir les ressources qu’il faut pour que le programme intensif d’enseignement du français soit un succès dans toute la province après avoir très bien fonctionné, paraît-il, en tant que projet pilote. 

Je suis heureux de constater que monsieur Lamrock maintient l’objectif qui avait été fixé, soit de faire en sorte que 70 p. 100 des finissants des écoles secondaires de la province puissent s’exprimer suffisamment bien dans leur deuxième langue officielle. Cet objectif dépasse largement celui du gouvernement fédéral, qui est de 50 p. 100.

Toutefois, à ma grande déception, les programmes d’immersion précoce seront annulés même s’ils ont pourtant été une réussite dans d’autres provinces. J’ai toujours été convaincu de l’importance de donner aux jeunes un éventail d’occasions d’apprendre leur deuxième langue officielle. De nombreux travaux de recherche ont permis de constater que les enfants apprennent plus facilement une langue lorsqu’ils commencent cet apprentissage le plus tôt possible, avec le soutien nécessaire.

Les programmes d’enseignement du français langue seconde fructueux – et le rapport de la Commission sur le français langue seconde – ont clairement fait la preuve qu’il faudra former et préparer les enseignants, les directeurs, les étudiants et les parents si l’on veut que le Nouveau-Brunswick atteigne son ambitieux objectif. En tant que seule province officiellement bilingue du Canada, le Nouveau-Brunswick joue un rôle de première importance dans le domaine de l’enseignement de la langue, et toute la population du pays portera une attention particulière à cette initiative. »

Graham Fraser
Commissaire aux langues officielles  

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

Robin Cantin
Gestionnaire, Relations avec les médias
Téléphone : 613‑995-0374
Cellulaire : 613‑324-0999
Numéro sans frais : 1‑877‑996-6368